« Quelle bombe ce jour-là ! »

L'ami Caverne, de Lavignolle, ne parle pas d'une explosion, mais de la fête qu'il fera le jour de la victoire.
Il précise qu'en attendant il faut être bon patriote, souvent malgré soi, que c’est notre destin et qu'il faut le subir jusqu’au bout!
C'est certainement plus facile à appliquer à Salles qu'à Verdun !

2016-11-19

Les lettres d'Armand, Louise et de leurs amis sont ICI.