Communiqué :

  • Accueil des réfugiés en Val de l'Eyre

    Le projet est de
    - rassembler des énergies chez nous, dans nos communes du Val de l'Eyre, pour un accueil de qualité, en se servant des compétences et disponibilités de chacun.
    - rassembler largement, des gens de tous bords adhérant à un objectif commun
    - recenser les possibilités d'hébergement dans les collectivités (Graoux?), chez des particuliers sur la base du volontariat, en privilégiant le logement autonome car l'hébergement à domicile doit être provisoire. Un logement social libre? Une location abordable ? il nous semble important que les personnes déracinées aient un semblant de "chez soi", autonomes où la cellule familiale peut se retrouver. L'accueil doit être un tremplin pour se reconstruire en douceur...
    - recenser qui peut aider à enseigner à parler français? (écrire?) qui est intéressé d'apprendre la langue du réfugié ? qui peut accompagner une famille pour ses papiers, pour faire les courses ? qui peut aider à équiper un logement (avec Repeyre?), à fournir un vélo ? à prêter un coin de jardin, de potager ? qui peut aider à chercher du travail, un emploi? à la hauteur de ses moyens, de son temps…
    - pousser ou accompagner nos décideurs, mairie, préfecture, grandes sociétés commerciales,.. peser dans les décisions.
    - proposer le centre social comme lieu de rencontres ou ateliers, solliciter les associations culturelles, celles solidaires
    - être une force d'expression citoyenne locale, laïque, humaniste, indépendante, citoyenne du monde, qui puisse porter sa parole sans complexe lorsque nécessaire.
    - se rattacher à une structure compétente existante comme France Terre d'asile, Welcome-réfugiés, le Singa, le HCR (haut commissariat aux réfugiés des nations unies), les Centres d'accueil des demandeurs d'asile (CAD de Bordeaux), le Secours populaire,.. Ces structures nous aideront pour tout le savoir-faire nécessaire.
    - se tenir prêt à recevoir une personne ou une famille ayant le statut de réfugié dès qu'un organisme (association précitée ? préfecture? mairie ?) nous sollicitera
    - s'inscrire sur la durée car ce flux de personnes en exil arrivant en Europe va peut-être durer longtemps, certains observateurs parlent d'une décennie.
    - continuer à se former, rencontrer des gens déjà engagés dans l'humanitaire et des professionnels.
    - voir les expériences proches, comme à Orthez où un groupe travaille depuis un an déjà à l'accueil de  2  familles irakiennes. La première est arrivée mercredi 9 septembre.  C'est une association qui a lancé le projet. Ensuite plusieurs personnes se sont greffées au projet. Le maire a fait retaper 2 anciens logements de fonction dans une école. Ils ont été meublés sommairement mais grâce aux dons, etc etc...
    - être en mesure de répondre à certaines questions qu'on entend souvent comme :  « cet accueil en Europe ne va-t-il pas inciter des millions de réfugiés des camps du Moyen-Orient à tenter leur chance à leur tour ? »
    - réveiller certaines consciences un peu endormies, à commencer par les nôtres peut-être !

    Nous proposons de nous retrouver le LUNDI 21 SEPTEMBRE de 18h à 20h à la SALLE DE RÉUNION de MIOS, située derrière la mairie de MIOS, (c'est la salle avec une rampe handicapée et plusieurs baies vitrées, parking derrière la mairie) afin de contribuer à la construction d'une association indépendante, à la dénomination indiquant clairement son objectif d'accueil des réfugiés en Val de l'Eyre, ne prêtant pas à confusion. Pourquoi à Mios ? Parce que le maire de cette commune que nous avons contacté pour avoir une salle de réunion approuve notre initiative. Mais nous pourrons ensuite varier le lieu de réunion, changer de commune.
    - un premier recensement des ressources sera établi ce jour-là et des responsabilités seront définies.
    - la structure porteuse nous semble en effet en toute logique devoir être celle d'une association locale = une force de représentation, une trésorerie transparente, ouverture aux subventions, défense juridique, reconnaissance du public et des décideurs, fonctionnement démocratique, convivialité.
    - l'association serait du type loi 1901 sans but lucratif. Elle peut être collégiale, ainsi que cela se pratique de plus en plus, où chaque administrateur ou adhérent désigné a une tâche définie : secrétaire et adjoint, trésorier et adjoint, personnes habilitées à accueillir, à représenter l'association, chargées liaison organisme national, mairies, communication, animation, matériel (nombreuses personnes), juridique, etc.
    - une coordination chaque mois pour commencer, par exemple chaque premier mercredi du mois, de 18h à 20h, dans une des communes concernées à tour de rôle (Mios, Salles, Belin-Beliet, etc..) dans une salle municipale.

    Claudie Saint-Sévère, Philippe Mora, Gérard Rodriguez, Anne Segalen, Yann le Botlan

    14-Refugies