Le 31 octobre, nous avions pu lire dans Sud-Ouest l'article dont voici la manchette :

Sud-Ouest copie(Article complet à lire ICI)

Et, dans le corps de l'article, nous pouvions lire cette déclaration d'intention de Madame le Maire :

Sud-Ouest copie

Rappelons qu'il y a déja 12 ans, Monsieur Péronnau — le prédécesseur de Madame Lemonnier, auquel elle fait référence — déclarait :

  • « Je pense que ceux qui sont nés ici, ceux qui ont fait le choix d’y vivre demandent qu’on conserve ce territoire. Nous sommes dans la ruralité et en sommes fiers. Je ne souhaite pas entrer dans le cycle infernal des lotissements. Par contre je veux conforter les centres de bourgs et redonner vie à nos quartiers. Ce sont des lieux de vie historique. Les "technocrates" me disent que cette gestion économique de l’espace à un coût social. Mais quel est le coût social de la ville et de la banlieue ? » (Article Sud-Ouest du 3 novembre 2000 - « Gardons l’esprit village»)

On a rapidement pu voir ce que donnait dans la réalité la « gestion économique de l'espace » prônée par Monsieur Péronnau.

Et aujourd’hui, en constatant ce qui se passe sur notre commune (voir ICI article précédent), nous ne sommes pas rassurés sur la façon dont Madame Lemonnier envisage « d’organiser le territoire »…

Car quelle est la situation réglementaire actuelle ? Le premier PLU (Plan Local d’Urbanisme), mis en application en 2008, a été annulé pour vice de forme (sur intervention d’un administré) par le Tribunal administratif en 2011 (voir ICI article précédent). Un nouveau projet a été lancé. L’enquête publique vient de se clore et ce nouveau PLU doit prochainement être examiné par le Conseil municipal. Entre l’annulation du premier PLU et l’adoption du prochain, c’est l’ancien POS (Plan d’Occupation des Sols), approuvé en mars 2002, qui a repris du service pour réglementer les projets de construction sur notre commune.

Il semble que cette période de relative incertitude entre ancien et nouveau plan d’urbanisme ait fait monter la fièvre chez les promoteurs et constructeurs dont l’objectif est de construire et vendre toujours plus de maisons… On peut constater que souvent, hélas, celles-ci seront remises en vente par des familles ne pouvant pas faire face à leurs emprunts !

De nombreux propriétaires de la commune se sont empressés de répondre « à la loi du marché » et n’ont pas résisté à l’idée de transformer leurs prairies ou parcelles boisées en terrains à bâtir.

C’est ainsi que les habitants du tranquille quartier de Garrot ont pu découvrir,  un beau (?) matin du début du mois d’octobre, un panneau leur annonçant la construction prochaine d’un lotissement : 18 lots sur des terrains d'une superficie (pour la plupart) de 600 à 800 m2…  

IMG_0417

IMG_0419



 

 

 

 

 

 

 

 

 


La stupeur passée, les habitants du quartier ont décidé de se réunir et de s’organiser. Leur première réaction a été de « donner leur avis » dans le cadre de l’enquête publique pour le nouveau PLU, en train de se terminer. Résultat : un nouvel article dans Sud-Ouest du 13 novembre :

PLU
Ce groupe d'habitants a prolongé son action en demandant un recours à Madame le Maire, sous forme collective mais aussi par des courriers individualisés. Vous pouvez prendre connaissance de l'argumentation développée en consultant ma propre contribution (je précise qu'en ce qui concerne les éléments techniques et réglementaires, j'ai utilisé les recherches et la documentation d'autres pétitionnaires…). Pour celà, cliquez sur ce lien : Lettre_26-11-12

Nous pouvons penser que d'autres dossiers « délicats » existent sur le territoire communal. Il serait utile d'avoir une vision globale de la problématique et de regrouper les informations. Dans un premier temps, vous pouvez me contacter afin d'établir ensemble un état de la situation : Contactez l'auteur.

PLU